20 octobre 2010

UN

Il est beau, il est très beau. Je l’aime en entier. Tout. De l’ébouriffage contrôlé de ses cheveux à sa pomme d’Adam. De son teint blafard à sa nonchalance, de sa façon de toujours tenir une bière, à la fumée de sa clope qui passe jusque derrière son cou. J’aime deviner son dos, long. L’écouter forcer son pouce sur le briquet. La façon dont apparait son torse lorsqu’il retire son pull, comme un garçon. Lorsqu’il remet ses lunettes sur son nez aussi. Sa voix, grave et sa façon de ne rien dire. De me regarder et de ne pas me regarder. Il n’est pas beau. Ce n’est pas son intérieur qui me plait, je ne le connais même pas.  J’aime surtout l’indifférence qu’il me porte. Pas plus à moi qu’une autre. Juste cette façon de ne m’accorder aucune importance. Ni plus ni moins. Je suis à l’affut de chacun de ses traits, de sa présence. Et je voudrais être belle comme lui, sans le faire exprès. Etre beau au féminin. Il n’est pas question d’amour. C’est du désir. Je n’ai jamais éprouvé ça pourtant, jamais pour un garçon. Ni pour une fille quand j’y pense. C’est le premier homme, le premier Homme avec un grand H que je désire.

Je le désire mais je ne le veux pas, ce que j’aime dans notre relation. C’est qu’on n’en a pas. Qu’on se voit tous les jours, presque tous les soirs aussi mais qu’il n’y a rien. C’est la tension d’un néant sans en être un. C’est vouloir être impassible quand je ne sais pas l’être. C’est avoir envie de le toucher sans le pouvoir. 

C’est ça de désirer dans son coin, ça nous rend tout drôle et  interdit.

Posté par Peacock Feather à 00:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur UN

Nouveau commentaire