23 octobre 2010

3

I FALL IN LOVE WITH THE FIRST CUTE GUY THAT I MEET.

Je voudrais lui en vouloir, comme d'habitude. Mais il a raison, alors c'est tout. Je ne vivais pas, ou mal en tout cas. Vivre pour de vrai c'est bien mieux. Je le faisais en alternance presque par procuration. Vivre seule et pleinement, c'est la vrai vie. Ça m'aide à oublier, oublier la personne que tu as été et que tu es. Ça m'aide à oublier que tu as réellement eu une place, très grande, la place. Les promesses, celle que je ne tiens pas ce soir, et tant pis. Je t'aimais très fort, j'ai plus rien écrit sur le papier après ça. La colère, j'ai oublié de la déverser, seule. Et pourtant, c'était les évènements que je grignotais, que je notais, qui me plaisaient dans le drame qu'ils représentaient. Et celui là, pas un sous de papier. Pas un sous de colère seule sur du papier. Ça découlait naturellement, comme si je m'y étais préparée avant même que ça ne commence. Il fallait que ça finisse, et ça finirait forcément mal. Alors maintenant, je n'ai plus que de doux souvenirs. Je suis calme. Adieu. Tu m'as apporté, déporté, grignoté, ravagé, libéré.  Merci. Au revoir. J'ai pris une autre voiture. Et quand je pense à toi, à présent, tu deviens petit minuscule. 

Alors je commence à aimer mieux les autres garçons. 

Posté par Peacock Feather à 23:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur 3

Nouveau commentaire